Patrimoine commémoratif

De l'Histoire, à la mémoire de notre village

                                                             

Déjà à la fin du XIXe siècle, quelques villes de France comme Moulins et Paray le Monial érigent des monuments à la mémoire de soldats morts au cours de la guerre de 1870, mais le terme de « Monument aux Morts » fait d’abord immédiatement penser à la « Guerre de 14/18 », puis aux autres conflits du XXe siècle !

Au cours des quatre années de la « Grande Guerre », dans toute la France, pratiquement toutes les familles sont touchées par la perte d’au moins un des leurs. Le département de l’Allier est lourdement éprouvé. Au plan national, pour les hommes de 15 à 54 ans, on évalue les disparus à 11,3%, mais pour l’Allier on atteint 14,1%. 1

Avec 42 morts, Chassenard s’inscrit dans cette triste comptabilité.

Quelques chiffres :

En 1911 la population de Chassenard comptait 895 habitants.
En 1921, ils n’étaient plus que 796.

Dès 1919, presque chaque commune de France décide d’honorer collectivement « ses  enfants » morts ou disparus. La municipalité de Chassenard élabore un projet et organise une souscription. 205 personnes font un don  personnel ou familial. Le produit de la souscription atteint 4238 francs. 2

Le 23 novembre 1919, « Le Conseil décide de construire un monument dans le cimetière en l’honneur des Morts de la Guerre de la Commune, approuve les plans tels qu’ils sont présentés par l’architecte, décide que le terrain … nécessaire à la construction et à l’entourage sera donné pour une durée perpétuelle. Le prix de ce monument s’élève à  5 399,85 francs …. ». 3 Il sera payé par la souscription et sur les budgets communaux (additionnel et primitif). 4

Le monument est réalisé par l’Entreprise de marbrerie Pacaud Aîné, Route de Paray à Digoin.


Collection particulière B.Touillon


D’après le devis de 1919, on apprend que la pierre taillée provient «  des carrières de Massangis (Yonne) », les plaques sont prévues « en marbre blanc » et la dédicace « Aux enfants de Chassenard morts pour la France 1914-1919 ».
Cette date de 1919 est assez fréquente à l’époque, il ne faut pas oublier que les soldats ont souvent attendu plusieurs mois, leur démobilisation, et que le Traité de Paix ne fut signé à Versailles que le 28 juin 1919.

Fait remarquable, par sa rareté dans l’Allier, quatre soldats sont inhumés au pied du monument.

François GILBERT
François LITAUDON
Pierre MARMILLOT
Jean FEJARD

Malheureusement, après la guerre de 39-45 il faudra  faire de nouvelles inscriptions et changer les plaques sur la base du monument.


Sources :

  • Archives municipales
  • Bulletin municipal mars 1999
  • « Gardiens de la mémoire - Les monuments aux morts de la Grande Guerre dans l’Allier » N. Chaline - D. Moulinet  APRB 2008
  • Devis 1919 : Archives Départementales de l'Allier
  • Fiches nominatives : site internet "mémoire des hommes " du Ministère de la Défense 

             Recherches et photographies : S.Couture